Allergies et  Intolérances - Allergies et nutrition


Qu'est-ce qui peut influencer notre poids ?

Un facteur comme La génétique : Obésités génétiques (Cushing, Alström, BardeBiedl, Prader-Willi...) qui nécessitent une prise en charge médicale et nutritionnelle.

Attention, une sensibilité à la prise de poids ne se conclut en obésité que si l'alimentation est inadéquate et/ou l'environnement défavorable. 
On notera aussi que génétique ne veut pas dire mauvaise habitude alimentaire transmise de génération en génération mais un gène favorable à l'obésité.
Ces mauvaises habitudes alimentaires qui peuvent mener à l'obésité peuvent toutefois nous venir de nos parents. 
A continuer

Comprendre les mécanismes qui se cachent derrière le SURPOIDS

Le surpoids est une pathologie "inflammatoire", 
cette  inflammation qui est aussi un des moteurs qui mène au diabète et aux maladies cardiovasculaires. 


Pour sortir du surpoids,
il est donc nécessaire de casser le cercle vicieux de l'inflammation en :
  •  adoptant une alimentation anti-inflammatoire (plus efficace et durable que les anti-inflammatoires),
  • rééquilibrant sa flore digestive (une flore digestive déséquilibrée contribue à l'inflammation, capacité de certaines bactéries à faire "capter" plus de graisse et certaines autres à réduire l'appétit, réguler l'insuline etc..)
  • diminuant les "toxiques" qui sont également inflammatoires
  • diminuant le stress
  • comblant les déficit en vitamines et minéraux
  • et pour une composition corporelle plus équilibrée en faveur du muscle aux dépends des graisses, en bougeant : l'activité physique a un impact anti-inflammatoire, elle augmente le volume des muscles qui sont riches en mitochondries, les centrales énergétiques chargées de transformer les calories en énergie.....juste mettre du mouvement dans toute situation du quotidien. 

la meilleure stratégie est de perdre du poids de façon progressive et cohérente

Beaucoup d'entre nous pensent que si on devient gros, c'est parce qu'on mange trop.  C'est parfois vrai.  Pas toujours.  Le problème peut être ailleurs.

Être gros, culpabiliser en pensant que c'est de sa faute
=
diminuer l'estime de soi encore un peu plus

Trouver d'où viennent les dérèglements, comprendre et trouver l'origine du problème qui explique
  1. les comportements (d'où viennent mes pulsions alimentaires) et le surpoids,
  2. pourquoi je ne brûle rien, je stocke immédiatement ce que je mange,
  3.  mon environnement est-il obésogène ?                                                                                                          c'est le challenge du Nutrithérapeute.

La prise de poids est plus complexe
          - qu'un excès de calories
          --> les régimes hypocaloriques = efficaces à court terme         seulement   --> une approche globale et PERSONNALISÉE !
Si la thyroïde fonctionne au ralenti, que l'on est résistant à l'insuline (on l'ignore souvent) et si notre flore intestinale est telle que nous extrayons plus de calories de nos aliments que notre voisin, si notre sérotonine cérébrale est si basse que nous ne pensons qu'à manger des sucreries en permanence et si le stress nous fait grossir sans manger plus..... rien ne se passera même en modifiant notre alimentation : il faut tenir compte de qui nous sommes !


                                   Évaluation du surpoids

L'IMC  =  indice de masse corporelle
et  rapport entre le poids (kg) et la taille (mètre) au carré

différencie "officiellement" le surpoids de l'obésité.

Il ne tient pas compte de la composition corporelle :

     - 2 personnes de même poids et même taille, ont un IMC identique mais peuvent être totalement différentes :
     . l'un est super musclé, l'autre surchargé en graisse

     - ou encore un IMC normal mais masse musculaire insuffisante et graisse en excès.

Comment connaître la composition corporelle : balance impédancemètre

Mesurer le tour de taille :
idéalement
- chez la femme : 80 cm
- chez l'homme : 94 cm

L'excès de masse grasse : risques

Toutes les masses grasses ne sont pas pareilles.

Le gras sous la ceinture (poire) favorise un mauvais retour veineux, une augmentation du risque thrombo-embolique et une augmentation d'arthrose sur les genoux et hanches.

Le gras au-dessus de la ceinture (abdominal) augmente le risque de développer un diabète de type 2, une maladie cardiovasculaire.

On sait aussi que le "tissu adipeux" brûle du muscle, ce qui signifie que plus on prend de poids, plus on perd du muscle et moins on est capable de reperdre son surpoids
=
phénomène YOYO

Lors d'un régime, on perd du poids et du muscle.
 Or, plus on est musclé, plus on brûle de calories au repos, grâce aux mitochondries, centrales énergétiques dans lesquelles sont brûlées les calories.
Lorsqu'on perd du muscle, on perd également des mitochondries. 
Donc, à la reprise de l'alimentation "normale', on va grossir étant donné que l'on brûlera moins de calories.  C'est logique.
On va reprendre plus de graisse que celle perdue car tant que l'on n'a pas retrouvé notre masse musculaire initiale, notre corps va réclamer plus à manger (hyperphagie réactionnelle).  Sur la période nécessaire à reprendre les kilos de muscles perdus et à récupérer un moindre appétit, on aura repris plus de graisse qu'avant le régime, donc on refera régime et on reperdra du muscle et c'est le début du chemin vers l'obésité!

Le corps qui est privé de nourriture interprète cette pénurie alimentaire comme un signe que cela risque de se représenter et envoie un signal visant à manger.... tant que c'est possible !

On en arrive à une résistance à l'amaigrissement qui donne des obèses "petits mangeurs" qui ne perdent plus de poids malgré des apports caloriques faibles.

un régime n'est finalement que la période qui précède une prise de poids.....
(P. Van Vlodorp)

Il y a aussi l'intervention des hormones :
la leptine qui provoque une diminution de l'appétit et une augmentation des dépenses et facilite la perte de poids. 
Mais si on perd de la graisse, on fabrique moins de leptine, l'appétit va augmenter et on aura envie de manger plus. 

Chez les obèses qui ont un taux de leptine élevé, il a été constaté une résistance de cette dernière qui ne peut plus jouer son rôle de coupe faim et booster le métabolisme.  Il est possible de contourner ce phénomène (voir surpoids selon NAET)





Exercice physique : comment remplacer la graisse par du muscle ?






Sites officiels
En savoir plus, différemment :
je vous invite à visiter les sites officiels des méthodes citées ci-dessus :





En cours de construction merci de patienter ou alors contactez moi téléphoniquement ou par mail







 
Assistant de création de site fourni par  Vistaprint